« La miséricorde divine ne s’étonne pas des retards, des timidités de la faiblesse humaine: elle ne brise point, elle n’impose point ses dons les meilleurs surtout lorsqu’ils sont douloureux, mais penchée amoureusement sur cette faiblesse, elle s’adapte à elle et patiemment attend qu’elle consente et accepte. Dieu se contente miséricordieusement de ce peu.  » Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s