Prière : « Seigneur Jésus, quand ma croix devient lourde, donne-moi la croix d’un autre à partager (…) » Mère Térésa de Calcutta

« Seigneur, quand je suis affamé, donne-moi quelqu’un qui ait besoin de nourriture. Quand j’ai soif, envoie-moi quelqu’un qui ait besoin d’eau. Quand j’ai froid, envoie-moi quelqu’un … Continuer de lire Prière : « Seigneur Jésus, quand ma croix devient lourde, donne-moi la croix d’un autre à partager (…) » Mère Térésa de Calcutta

« La miséricorde divine ne s’étonne pas des retards, des timidités de la faiblesse humaine: elle ne brise point, elle n’impose point ses dons les meilleurs surtout lorsqu’ils sont douloureux, mais penchée amoureusement sur cette faiblesse, elle s’adapte à elle et patiemment attend qu’elle consente et accepte. Dieu se contente miséricordieusement de ce peu.  » Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus

Continuer de lire « La miséricorde divine ne s’étonne pas des retards, des timidités de la faiblesse humaine: elle ne brise point, elle n’impose point ses dons les meilleurs surtout lorsqu’ils sont douloureux, mais penchée amoureusement sur cette faiblesse, elle s’adapte à elle et patiemment attend qu’elle consente et accepte. Dieu se contente miséricordieusement de ce peu.  » Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus

« Ton amour n’a pas eu encore assez froid. Isole-toi dans le silence et la glace des cimes jusqu’au point où le froid te brûlera d’un baiser aussi pur que le rayon des étoiles et aussi ardent que le feu. Les saints sont ceux qui savent souffrir du froid jusqu’à la brûlure. » Gustave Thibon

Continuer de lire « Ton amour n’a pas eu encore assez froid. Isole-toi dans le silence et la glace des cimes jusqu’au point où le froid te brûlera d’un baiser aussi pur que le rayon des étoiles et aussi ardent que le feu. Les saints sont ceux qui savent souffrir du froid jusqu’à la brûlure. » Gustave Thibon

« Quand je pense au soin que le Bon Dieu a pris de moi, quand je passe Ses bienfaits, la reconnaissance et la joie de mon coeur débordent de tous côtés. Je ne sais plus que devenir; je ne découvre de toutes parts qu’un abîme d’amour dans lequel je voudrais pouvoir me noyer. » Saint Jean-Marie Vianney

Continuer de lire « Quand je pense au soin que le Bon Dieu a pris de moi, quand je passe Ses bienfaits, la reconnaissance et la joie de mon coeur débordent de tous côtés. Je ne sais plus que devenir; je ne découvre de toutes parts qu’un abîme d’amour dans lequel je voudrais pouvoir me noyer. » Saint Jean-Marie Vianney