« La miséricorde divine ne s’étonne pas des retards, des timidités de la faiblesse humaine: elle ne brise point, elle n’impose point ses dons les meilleurs surtout lorsqu’ils sont douloureux, mais penchée amoureusement sur cette faiblesse, elle s’adapte à elle et patiemment attend qu’elle consente et accepte. Dieu se contente miséricordieusement de ce peu.  » Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus

Continuer de lire « La miséricorde divine ne s’étonne pas des retards, des timidités de la faiblesse humaine: elle ne brise point, elle n’impose point ses dons les meilleurs surtout lorsqu’ils sont douloureux, mais penchée amoureusement sur cette faiblesse, elle s’adapte à elle et patiemment attend qu’elle consente et accepte. Dieu se contente miséricordieusement de ce peu.  » Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus

« Le Seigneur ne se fatigue jamais de pardonner : jamais ! C’est nous qui nous fatigués de lui demander pardon. Et demandons la grâce de ne pas nous fatiguer de demander pardon, parce que lui ne se fatigue jamais de pardonner. »

Continuer de lire « Le Seigneur ne se fatigue jamais de pardonner : jamais ! C’est nous qui nous fatigués de lui demander pardon. Et demandons la grâce de ne pas nous fatiguer de demander pardon, parce que lui ne se fatigue jamais de pardonner. »

« Être miséricordieux, c’est incliner son cœur vers les misérables, les misérables spirituellement, intellectuellement, matériellement… vers les méchants, les fous et les ignorants, les pauvres, les malades, les souffrants… vers tous les malheureux. » BIENHEUREUX CHARLES DE FOUCAULD

Continuer de lire « Être miséricordieux, c’est incliner son cœur vers les misérables, les misérables spirituellement, intellectuellement, matériellement… vers les méchants, les fous et les ignorants, les pauvres, les malades, les souffrants… vers tous les malheureux. » BIENHEUREUX CHARLES DE FOUCAULD

« Il y en a qui disent : “J’ai trop fait de mal, le Bon Dieu ne peut pas me pardonner”. C’est un gros blasphème. C’est mettre une borne à la miséricorde de Dieu, et elle n’en a point : elle est infinie. » SAINT JEAN-MARIE VIANNEY

Continuer de lire « Il y en a qui disent : “J’ai trop fait de mal, le Bon Dieu ne peut pas me pardonner”. C’est un gros blasphème. C’est mettre une borne à la miséricorde de Dieu, et elle n’en a point : elle est infinie. » SAINT JEAN-MARIE VIANNEY

« Seigneur, faites de moi un instrument de votre paix. Là où est la haine, que je mette l’amour. Là où est l’offense, que je mette le pardon. Là où est l’offense, que je mette l’union. Là où est l’erreur, que je mette la vérité. Là où est le doute, que je mette la foi. Là où est le désespoir, que je mette l’espérance. Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière. Là où est la tristesse, que je mette la joie. Faites, Seigneur, que je ne cherche pas tant d’être consolé que de consoler, d’être compris que de comprendre, d’être aimé que d’aimer. Parce que c’est en donnant que l’on reçoit. En pardonnant que l’on obtient le pardon. En mourant que l’on ressuscite à l’éternelle Vie. » SAINT FRANÇOIS D’ASSISE

Continuer de lire « Seigneur, faites de moi un instrument de votre paix. Là où est la haine, que je mette l’amour. Là où est l’offense, que je mette le pardon. Là où est l’offense, que je mette l’union. Là où est l’erreur, que je mette la vérité. Là où est le doute, que je mette la foi. Là où est le désespoir, que je mette l’espérance. Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière. Là où est la tristesse, que je mette la joie. Faites, Seigneur, que je ne cherche pas tant d’être consolé que de consoler, d’être compris que de comprendre, d’être aimé que d’aimer. Parce que c’est en donnant que l’on reçoit. En pardonnant que l’on obtient le pardon. En mourant que l’on ressuscite à l’éternelle Vie. » SAINT FRANÇOIS D’ASSISE