« Le Seigneur ne se fatigue jamais de pardonner : jamais ! C’est nous qui nous fatigués de lui demander pardon. Et demandons la grâce de ne pas nous fatiguer de demander pardon, parce que lui ne se fatigue jamais de pardonner. »

Publicités Continuer de lire « Le Seigneur ne se fatigue jamais de pardonner : jamais ! C’est nous qui nous fatigués de lui demander pardon. Et demandons la grâce de ne pas nous fatiguer de demander pardon, parce que lui ne se fatigue jamais de pardonner. »

« La source de la joie chrétienne est la certitude d’être aimés de Dieu, aimés personnellement par notre créateur … d’un amour passionné et fidèle, un amour plus grand que nos infidélités et nos péchés, un amour qui pardonne. » BENOÎT XVI

Continuer de lire « La source de la joie chrétienne est la certitude d’être aimés de Dieu, aimés personnellement par notre créateur … d’un amour passionné et fidèle, un amour plus grand que nos infidélités et nos péchés, un amour qui pardonne. » BENOÎT XVI

« Jamais, dans nos jugements, nous ne devons confondre le péché qui est inacceptable, et le pécheur dont nous ne pouvons pas juger l’état de la conscience et qui, de toute façon, est toujours susceptible de conversion et de pardon. » PAPE BENOÎT XVI

Continuer de lire « Jamais, dans nos jugements, nous ne devons confondre le péché qui est inacceptable, et le pécheur dont nous ne pouvons pas juger l’état de la conscience et qui, de toute façon, est toujours susceptible de conversion et de pardon. » PAPE BENOÎT XVI

« Il y en a qui disent : “J’ai trop fait de mal, le Bon Dieu ne peut pas me pardonner”. C’est un gros blasphème. C’est mettre une borne à la miséricorde de Dieu, et elle n’en a point : elle est infinie. » SAINT JEAN-MARIE VIANNEY

Continuer de lire « Il y en a qui disent : “J’ai trop fait de mal, le Bon Dieu ne peut pas me pardonner”. C’est un gros blasphème. C’est mettre une borne à la miséricorde de Dieu, et elle n’en a point : elle est infinie. » SAINT JEAN-MARIE VIANNEY

« Seigneur, faites de moi un instrument de votre paix. Là où est la haine, que je mette l’amour. Là où est l’offense, que je mette le pardon. Là où est l’offense, que je mette l’union. Là où est l’erreur, que je mette la vérité. Là où est le doute, que je mette la foi. Là où est le désespoir, que je mette l’espérance. Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière. Là où est la tristesse, que je mette la joie. Faites, Seigneur, que je ne cherche pas tant d’être consolé que de consoler, d’être compris que de comprendre, d’être aimé que d’aimer. Parce que c’est en donnant que l’on reçoit. En pardonnant que l’on obtient le pardon. En mourant que l’on ressuscite à l’éternelle Vie. » SAINT FRANÇOIS D’ASSISE

Continuer de lire « Seigneur, faites de moi un instrument de votre paix. Là où est la haine, que je mette l’amour. Là où est l’offense, que je mette le pardon. Là où est l’offense, que je mette l’union. Là où est l’erreur, que je mette la vérité. Là où est le doute, que je mette la foi. Là où est le désespoir, que je mette l’espérance. Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière. Là où est la tristesse, que je mette la joie. Faites, Seigneur, que je ne cherche pas tant d’être consolé que de consoler, d’être compris que de comprendre, d’être aimé que d’aimer. Parce que c’est en donnant que l’on reçoit. En pardonnant que l’on obtient le pardon. En mourant que l’on ressuscite à l’éternelle Vie. » SAINT FRANÇOIS D’ASSISE