« Quand je pense au soin que le Bon Dieu a pris de moi, quand je passe Ses bienfaits, la reconnaissance et la joie de mon coeur débordent de tous côtés. Je ne sais plus que devenir; je ne découvre de toutes parts qu’un abîme d’amour dans lequel je voudrais pouvoir me noyer. » Saint Jean-Marie Vianney

Publicités Continuer de lire « Quand je pense au soin que le Bon Dieu a pris de moi, quand je passe Ses bienfaits, la reconnaissance et la joie de mon coeur débordent de tous côtés. Je ne sais plus que devenir; je ne découvre de toutes parts qu’un abîme d’amour dans lequel je voudrais pouvoir me noyer. » Saint Jean-Marie Vianney

Article mis en avant

« Notre Seigneur est au ciel, il est aussi dans son tabernacle. Quel bonheur ! » Qu’est ce que le Seigneur fait dans le tabernacle: « il nous attend » Il est là dans le sacrement de son amour qui soupire et intercède sans cesse auprès de son Père pour les pécheurs. » SAINT JEAN-MARIE VIANNEY

Continuer de lire « Notre Seigneur est au ciel, il est aussi dans son tabernacle. Quel bonheur ! » Qu’est ce que le Seigneur fait dans le tabernacle: « il nous attend » Il est là dans le sacrement de son amour qui soupire et intercède sans cesse auprès de son Père pour les pécheurs. » SAINT JEAN-MARIE VIANNEY

« Quand le prêtre donne l’absolution, il ne faut penser qu’à une chose ; c’est que le sang du bon Dieu coule sur notre âme pour la laver, la purifier et la rendre aussi belle qu’elle était après le baptême. » SAINT JEAN-MARIE VIANNEY

Continuer de lire « Quand le prêtre donne l’absolution, il ne faut penser qu’à une chose ; c’est que le sang du bon Dieu coule sur notre âme pour la laver, la purifier et la rendre aussi belle qu’elle était après le baptême. » SAINT JEAN-MARIE VIANNEY

« Il y en a qui disent : “J’ai trop fait de mal, le Bon Dieu ne peut pas me pardonner”. C’est un gros blasphème. C’est mettre une borne à la miséricorde de Dieu, et elle n’en a point : elle est infinie. » SAINT JEAN-MARIE VIANNEY

Continuer de lire « Il y en a qui disent : “J’ai trop fait de mal, le Bon Dieu ne peut pas me pardonner”. C’est un gros blasphème. C’est mettre une borne à la miséricorde de Dieu, et elle n’en a point : elle est infinie. » SAINT JEAN-MARIE VIANNEY